1 juin 2007

Japon: des algues pour produire de l'énergie

Le Japon a toujours souffert de sa petite superficie, notamment pour les terres arables. Malgré l'engouement du pays pour les bioénergies, l'opinion publique est réticente à l'idée de troquer la culture de denrées alimentaires contre celle de variétés à vocation énergétique. Différentes organisations ont cependant identifié les 4,5 millions de kilomètres carrés d'eaux territoriales comme étant un vrai réservoir de ressources énergétiques végétales. Les algues ont en effet un taux de fixation de carbone supérieur à celles des plantes terrestres (17,5 t/ha/an contre 5 à 10 t/ha/an pour la canne à sucre) et leur prix de production est plus faible que celui des cultures agraires. Deux initiatives récentes projettent ainsi d'utiliser les algues pour produire de l'énergie.

L'entreprise Tokyo Gas a développé un système permettant de récupérer les algues qui s'accumulent dans les ports pour produire du méthane. Actuellement les algues sont enlevées puis incinérées, ce qui nécessite 30 m3 de gaz de ville par tonne d'algues. Le nouveau procédé permet d'inverser la tendance et de générer 15 à 20 m3 de méthane par tonne d'algues fermentées. Le méthane est ensuite mélangé à du gaz de ville pour produire approximativement 6 kWh d'électricité. Les pertes de chaleur sont de plus recyclées pour chauffer les bassins de fermentation. Un dispositif permettant de transformer 20 à 50 tonnes d'algues par jour coûte plus de mille milliards de yens (6,25 milliards d'euros) mais la compagnie compte vendre aux municipalités des équipements ayant une capacité journalière de 30 à 300 tonnes.

La Tokyo Fisheries Promotion Foundation a présenté ce mois-ci un projet de production de bioéthanol à partir d'algues brunes. Des algues cultivées sur des filets flottants seront récoltées puis transportées dans des usines off-shore de production de bioéthanol. En utilisant 1 à 2% de la superficie maritime japonaise, il serait possible de récupérer 150 millions de tonnes d'algues équivalant à 4 millions de tonnes de bioéthanol par an. La production de bioéthanol à partir d'algues ne nécessitant pas de développement technique spécifique, la fondation souhaite mettre en place un projet pilote financé par le gouvernement en 2008 puis étendre cette activité aux entrepreneurs privés et aux collectivités locales à partir de 2013. Il apparaît cependant capital d'étudier les éventuels impacts sur l'écosystème et déterminer au préalable les zones de cultures qui ne nuiront ni à la pêche ni au transport maritime.

source

  © Blogger template 'Isolation' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP