13 octobre 2007

La pomme de terre transgénique de BASF divise l'UE

Les experts des Etats membres de l'UE n'ont pu se mettre d'accord mercredi sur l'autorisation d'une pomme de terre transgénique, dont les résidus seraient destinés à l'alimentation animale, a annoncé la Commission européenne.

Aucune majorité qualifiée n'a pu se dégager parmi les 27 pour approuver ou rejeter cette demande soumise par le géant allemand BASF.

Douze pays ont voté contre (Autriche, Malte, Luxembourg, Lituanie, Italie, Grèce, Chypre, Pologne, Hongrie, Danemark, Roumanie, Slovénie), cinq se sont abstenus (Portugal, France, Irlande, Belgique, Allemagne) et dix ont voté pour (Finlande, Espagne, Bulgarie, Estonie, Royaume-Uni, Pays-Bas, Slovaquie, Lettonie, Suède et République tchèque).

Selon la procédure, la Commission va renvoyer le dossier au niveau des ministres qui auront trois mois pour se prononcer. Si aucune majorité ne se dégage à nouveau, alors la Commission prendra une décision finale en s'appuyant sur l'avis de l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) qui était favorable à cette autorisation.

Fin 2005, l'EFSA avait conclu qu'il "est improbable" que cette pomme de terre "ait un effet néfaste sur la santé humaine et animale ou sur l'environnement dans le cadre des utilisations proposées". Mais cet avis est critiqué par les organisations écologistes qui soulignent qu'elle a un gène résistant à certains antibiotiques.

La pomme de terre a été modifiée pour en extraire davantage d'amidon à des fins industrielles (production de papier, de colles, de textiles, etc). Mais BASF voudrait aussi pouvoir utiliser la pulpe restante après la production de l'amidon et la peau des pommes de terre comme nourriture pour les animaux.

BASF a déposé une demande séparée pour la culture de cette plante. En juillet, les ministres de l'Environnement avaient échoué là aussi à dégager une majorité et la Commission doit prendre une décision "dans les semaines qui viennent". En cas de feu vert, ce serait le premier aliment génétiquement modifié autorisé à la culture depuis la fin du moratoire en 2004, après l'adoption d'une nouvelle législation sur l'étiquetage et la traçabilité.

source: AFP

  © Blogger template 'Isolation' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP