19 août 2008

L'Espagne va chercher son électricité dans la Mer Cantabrique

Dans la course aux énergies renouvelables, pour se défaire de la dépendance au pétrole, l'Espagne a intégré dans son Plan des Energies Renouvelables 2011-2020 une nouvelle source d'électricité : l'énergie marémotrice. Ainsi, après les énergies solaire et éolienne, l'Espagne se lance dans l'exploitation de la mer Cantabrique (côte Nord de l'Espagne) via ses trois premières installations de production d'électricité, grâce à des structures qui ont déjà fait leurs preuves à l'étranger, notamment au Portugal et en Ecosse.

En Cantabrie, à Santoña, une "bouée" de 12 m de diamètre sera installée par Iberdrola Renovables en septembre. Elle produira de l'électricité grâce au mouvement pendulaire vertical des vagues. L'énergie mécanique sera transmise à une pompe hydraulique puis à un alternateur. L'électricité sera transférée à la côte via des câbles, qui seront installés en février 2009. Ce délai servira à la réalisation de mesures et d'ajustements nécessaires au bon fonctionnement de cette "bouée".

Au Pays Basque, à Mutriku, Iberdrola Renovables mettra également en place une colonne d'eau oscillante sur une nouvelle digue. Le principe est simple : l'eau rentre dans la colonne et met en mouvement l'air qu'elle contient, l'air actionne une turbine, qui produit de l'électricité. Ce projet de 6,1 millions d'euros sera mis en fonctionnement pour le milieu 2009.

En Galice, le projet Pelamis, qui a montré son potentiel d'exploitation en Ecosse, a été choisi. Il s'agit de "vers" flottant amarrés au fond de la mer. Cette structure articulée semi-immergée est composée de sections cylindriques reliées par des joints. Le mouvement induit par les vagues au niveau de ces joints permet le pompage d'huile de haute pression à travers un moteur hydraulique, qui fait fonctionner les générateurs électriques. L'électricité est ensuite acheminée vers les côtes par des câbles sous-marins.

Selon Enrique Jiménez Larrea, directeur général de l'Instituto para la Diversificación y Ahorro de la Energía (IDAE, Institut pour la Diversification et l'Economie de l'Energie), ces projets permettront de produire 10 MW d'électricité d'ici à 5 ans, chiffre qui pourrait atteindre 300 à 500 MW en 2020, date à laquelle l'UE a prévu de produire 20% de son électricité par le biais des énergies renouvelables.

De plus, le Pays Basque et la Cantabrie vont se munir de nouveaux laboratoires sur leurs côtes, afin de tester 81 prototypes, pour au final en garder deux ou trois et commencer la production industrielle d'électricité "maritime".

BE Espagne numéro 73 (14/08/2008) - Ambassade de France en Espagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55676.htm

  © Blogger template 'Isolation' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP